"Chacun est singulier et c'est dans la vérité singulière que se trouve l'essence de l'humain." Julia KRISTEVA

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L'art thérapie

L'art thérapie

Le 29 janvier 2016
L'art thérapie
L'art thérapie ne permet pas de produire des objets interprétables, mais signe un processus psychique lui-même.
Le travail en art-thérapie s'avère fructueux lorsque l'alliance entre le thérapeute et le patient, fruit d'une longue période de thérapie préalable, met en marche un mouvement psychique. 
Avec C. nous avons utilisé la peinture (gouache sur papier), pour quitter le champ du figuratif, et inscrire le mouvement sur un support encore vierge. 
Jusqu'à présent, tous les travaux de l'enfant se focalisaient sur la représentation figurative, et elle tentait de dire ses émotions avec des symboles. 
Quand je l'ai sentie prête pour une production plus abstraite, je lui ai simplement proposé trois couleurs et lui ai demandé de lier le souffle, le mouvement et la couleur. 
Le premier dessin imposait cette consigne : le noir symbolise les forces obscures (toutes ces forces qui t'immobilisent et t'attristent), le jaune symbolise l'espérance, et tu choisis le sens du rouge, qui doit t'aider à imposer le jaune / la vie dans ton tableau. 

C. a compris la consigne avec une rapidité qui m'a étonnée. Concernant le rouge, elle m'a dit : 
"le rouge, c'est l'amour, car l'amour est du côté de la vie."

Elle s'est émerveillée des jeux de transparence et de la dissolution de la couleur dans l'eau. 

Ce premier dessin m'a fait prendre conscience de la très belle progression de C., qui sait désormais extraire ses émotions des situations réelles où elles ont émergé. 
La production, je ne l'ai pas interprétée, j'ai simplement montré à C. la liberté qu'elle avait gagnée à travers son tableau. 
Elle s'est dit fascinée par les contrastes et a pris plaisir au processus lui-même, ayant encore un peu de mal à terminer. 

Le second dessin insistait encore davantage sur le mouvement du corps, puisque j'ai demandé à C. de respirer (selon une respiration que nous pratiquons régulièrement et qu'elle maîtrise maintenant bien) en formant des spirales. 
L'usage de la peinture a rendu son geste encore plus ample, et elle a remarqué que les cercles s'élargissaient à mesure qu'elle étirait son souffle. 
Je ne lui ai proposé que deux couleurs, le bleu clair et le bleu de Prusse. 

Puis, une fois le dessin presque achevé, je l'ai surpris en lui proposant une troisième couleur au choix et en lui disant simplement : maintenant que tes spirales sont faites, " tu peux mêler à leur rythme un geste, - ta troisième couleur -, qui signifiera le mouvement du corps". (J'insiste alors : "le bleu symbolisait le souffle".)

En ocre, C. a tracé des courbes, avec un plaisir non feint, en riant et en s'étonnant elle-même. 
Affranchie de la figuration, j'ai pu observer un geste libéré, et le bien-être s'exprimant sur son visage. 
C. pendant tout l'exercice, fut calme et concentrée, dans la présence 'ici et maintenant". 
Elle a elle-même nommé cette seconde production : "Le souffle et le corps". 
Au premier, elle avait donné le titre suivant : "Le combat des démons avec l'espérance de l'amour". 


Lettre d’information
c