"Chacun est singulier et c'est dans la vérité singulière que se trouve l'essence de l'humain." Julia KRISTEVA

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Contes de la famille Soleil

Contes de la famille Soleil

Le 29 janvier 2015
Contes de la famille Soleil
Soirées des 13 et 27 février.


Venez nombreux à la soirée conte / discussion autour d'un thème d'actualité : l'AMOUR !!!

EXTRAIT de L'Amour aveugle de la Chauve-Souris Eglantine"

L’autre personnage principal de mon histoire, pour le voir, cher lecteur, tu dois baisser les yeux, et regarder le plus près possible de la terre.

On le voit passer rapidement, à la vitesse du serpent, entre les mottes et les herbes.

Tout rabougri, il n’a rien d’un top model notre pauvre Patrick ! C’est un rat plutôt trapu, le poil aussi élimé qu’un vieux tapi. La truffe longue et tordue. Ah ça non, il ne ressemble pas à Ratatouille ni à aucune star du grand écran. Bref, Patrick est laid. Certes les rats ne sont pas les animaux les plus stylés du monde animal, mais quand même, certains ont une certaine classe. Patrick lui, même dans le monde des rats, n’a pas beaucoup de charme.

Mais Patrick est célibataire. Un vieux célibataire endurci, que personne ne regarde. Mis à part Marcel le chat de la famille Soleil, qui rêve de s’en faire un sandwich club pour le repas.

La première fois qu’Eglantine l’a vu, elle l’a bien entendu trouvé moche. Il faut dire qu’elle en avait entendu parler. Ainsi, elle ne le voyait pas vraiment pour la première fois, sa vue étant brouillé par tout ce que les gens disaient de lui.

Mais la deuxième fois, il en alla tout différemment. Il faut préciser qu’Eglantine était myope comme une taupe, ce qui n’arrangeait rien. Ou plutôt, ce qui arrangea tout !

Notre Patrick était sorti un peu tard ce soir-là. Le moral dans les godasses, il errait sous la grange, à la recherche de rien, à la manière des poètes.

Il semblait chercher un sens à sa vie, errant dans la poussière, comme un gueux, l’âme en peine.

Patrick se mit à parler à voix haute, croyant être complètement seul.

« Ah, quel poux je fais ! personne ne me regarde, je suis seul, mal aimé, j’en ai marre qu’on se moque de moi, qu’on me prenne pour un raté sous prétexte que je n’ai pas le physique de ratatouille ! J’ai le droit à l’amour moi aussi ! Les gens ne voient pas à quel point je suis généreux, à quel point mon physique ne va pas avec mon esprit, à quel point je serais plus assorti à un corps de mulot, ou à un écureuil, tiens, oui, un écureuil, courant de branche en branche. Quelle poisse, mais quelle poisse d’être ainsi condamné à la boue, aux égouts, aux railleries ! On croit que j’aime les poubelles et la puanteur, c’est faux ! Je n’aime rien tant que l’odeur des roses et des magnolias. »

Sur ces entrefaites, et à entendre le mot amour, notre chauve souri eut le cœur en vrac !

Documents associés à cette actualité : soirees-contes-philosophiques-5.pdf

Lettre d’information
c