"Chacun est singulier et c'est dans la vérité singulière que se trouve l'essence de l'humain." Julia KRISTEVA

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Ce travail qui autorise l'Amour

Ce travail qui autorise l'Amour

Le 05 février 2015
Ce travail qui autorise l'Amour
Du professorat au métier de thérapeute : les raisons d'une reconversion professionnelle.
L'amour dans les métier du soin : 
Il est des métiers où l'on est autorisé à aimer. Non de manière pathologique ou névrotique, non en projetant sur l'autre ses attentes et ses manques, mais de manière détachée des contingences de nos égos. Les métiers du soin, en particulier, offrent la possibilité d'aimer dans la justesse et l'altruisme. Certains métiers en revanche donnent l'illusion qu'il est possible et même nécessaire d'aimer, et pourtant... la structure, les contraintes du genre, les peurs, les fausses postures pédagogiques, la fausse déontologie, etc, limitent voire interdisent l'usage du mot aimer. Et lorsque le mot n'est plus permis, le sentiment n'est plus permis, puisque tout part du langage, au fond. Ainsi, le métier de professeur est aujourd'hui atteint par cette limitation qui fait loi, la doxa pédagogique, qui pose la distance comme garantie du professionnalisme. Cette distance qui, poussée à l'extrême, devient de la froideur, de l'indifférence. Poser la non implication émotionnelle comme cadre nécessaire est sans doute une explication du désordre qui règne dans l'enseignement. Parce qu'éduquer ne saurait se faire sans malaxer la matière humaine. Au risque d'oublier ce qui permet la transmission du savoir : la capacité à se laisser impressionner (au sens phénoménologique ). Le métier de thérapeute, de soignant (sous toutes ses formes), peut, si la personne a suffisamment travaillé sur elle pour aimer sans ni s'abimer, ni abîmer, c'est à dire dans le respect le plus strict de l'altérité, être un formidable vecteur d'amour. Exercer un tel métier est impliquant au sens fort : on mobilise son cœur et son âme.

Cet amour-là que l'on nomme l'Agapé rend meilleur et celui qui reçoit et celui qui donne. Celui qui reçoit devient celui qui donne, et vice versa...

Du métier de professeur au métier de psycho -pédagogue : 
Voilà pourquoi un professeur peut aujourd'hui envisager une reconversion qui peut surprendre : devenir thérapeute, après avoir été enseignant.
Transmettre du savoir m'a toujours semblé stérile si le regard de l'adulte n'est pas porté par cette bienveillance essentielle - l' Agapé. 
De nombreux professeurs, et plus largement de nombreux éducateurs sont admirables dans leur manière d'envisager l'être des enfants et des adolescents qu'ils ont la charge d'accompagner. 
Mais il est difficile d'incarner cet adulte qui aime et qui rassure, dans un contexte social aussi complexe que le nôtre, dans une structure qui ne semble plus à même de répondre aux enjeux et aux attentes d'une jeunesse questionnée par le sens. 
Le métier de psycho-pédagogue offre la possibilité de soutenir, d'accompagner et d'éveiller en puisant dans les forces de vie et du thérapeute et du jeune patient. Là où le cadre doit être imposé, parce qu'il est sécurisant, l'attention bienveillante de l'adulte vient appporter (restaurer) l'espérance et la confiance. La qualité de relation permet alors au jeune de trouver, ou de recouvrer les forces de vie et de création, qui lui ouvriront le champ du possible et le mèneront à lui-même. 

Caroline DRAHI
Lettre d’information
c